Crashs aériens, sécurité aérienne : la coupe est pleine !

Il y a justice et justice

Le 4 février 2015 au matin le directeur de la police judiciaire parisienne, Bernard Petit, a été arrêté et placé en garde à vue. Son bureau a été perquisitionné. Pour s’acharner contre ce haut policier, le parquet de Paris fouille les détails. Le communiqué du procureur du 5 février justifie l’action en ces termes : « Le 4 février 2015, la saisine des magistrats instructeurs était étendue par réquisitoire supplétif à de nouveaux faits qualifiés de violation du secret de l’instruction et de révélation d’informations sur une instruction en cours dans le but d’entraver le déroulement des investigations ou la manifestation de la vérité » (c’est moi qui graisse, pour mieux apprécier la comparaison avec les enquêtes sur les crashs aériens, notamment l’AF447).

Le 5 février, au cours de sa conférence de presse biannuelle, Hollande a répondu aux questions à ce sujet : « Chaque fois qu’il y a une faute, un manquement, il doit y avoir une sanction. Cela vaut pour les ministres, les parlementaires, les hauts fonctionnaires. Cela vaut pour les affaires en cours. »

Le 6 février, le ministre de l’Intérieur Cazeneuve a limogé Bernard Petit. Le même jour Valls est longuement intervenu à Orléans au cours d’une conférence de presse pour justifier avec force considérations morales cette éviction. Il a ajouté que la décision avait été prise « avec évidemment [s]on accord ».

Et les enquêtes sur les crashs aériens ? La sécurité aérienne ?

La sécurité aérienne tout le monde s’en moque dans les hautes sphères, malgré les gesticulations à ce sujet de Hollande, Valls, Taubira et quelques autres, par exemple en juillet 2014 après le crash au Mali. Les passagers aériens : du bétail. Les familles de victimes de crashs aériens : des emmerdeurs qu’il faut escroquer et détruire à petit feu. La priorité en matière de sécurité aérienne et des droits des familles de victimes : la chasse à l’homme pour m’enfermer, organisée par la justice française sous la protection de l’exécutif et ce malgré une plainte pour subornation de témoin.

Faut-il ajouter que « tout me donne raison sur tout » dirait-on ?

Et les morts continuent à s’accumuler par centaines, ce dont l’exécutif est parfaitement informé. Le bétail est protégé par la SPA. Faut-il créer une SPPA (Société protectrice des passagers aériens) ?

Update 27 mars 2015. Le crash de Germanwings amène quelques précisions, disponibles dans un PDF.

Update 2 avril 2015. Drame de Germanwings dans les Alpes, destruction d’un Airbus A320 d’Air Canada : Crashs aériens : ça va mal pour la France et l’Europe.

Les commentaires sont fermés.