Message à ceux qui douteraient, qui n’y croient pas…

Un peu de publicité personnelle, qui pourrait paraître déplaisante, mais il en faut.

photo "En vol"

En vol, Boeing 747 (1988)

9 septembre 2012. Des familles de victimes du Rio-Paris ont pris la décision irrévocable de me faire citer comme témoin au procès (à l’audience du tribunal correctionnel). Le procès d’un drame survenu il y a plus de trois ans, où deux-cent-vingt-huit personnes ont perdu la vie. La plus grande catastrophe ayant frappé la France depuis des décennies. Ces familles savent comment procéder, sans avocat. Je leur ai en effet transmis un topo, dont j’ai mis l’essentiel en ligne (il sera traduit en allemand, anglais, portugais, comme d’autres pages importantes, déjà).

D’autres familles sont susceptibles de faire le même choix. Il suffit de toute façon d’une seule partie civile… pour que tout le monde en profite. Je laisse imaginer le résultat d’un tel témoignage, où tous les faits essentiels seront rappelés, tant sur toutes les magouilles et les crimes de l’aérien français depuis des décennies, que sur leurs conséquences, avec tout cela déjà exposé sur le Web (1). Le seul fait de prononcer les mots Norbert Jacquet à l’audience commencera à faire détaler les voyous criminels de l’aviation. Seront également rappelés toutes les manipulations (1) dans le cadre des enquêtes sur le drame de l’Airbus AF447 Rio-Paris visant à tout mettre en oeuvre pour briser les familles de victimes dans un scénario strictement identique, au millimètre près, à celui du Ste-Odile… jusqu’au moment où, devant les faits étalés sur le Web, ce scénario copié/collé du Ste-Odile aura été abandonné par les pouvoirs publics et la justice française. Mais il faut le vouloir et se battre, parce que pour le moment on est toujours en plein dans ce scénario : quinze à vingt ans de procédure pour détruire les familles de victimes et aboutir à la mise hors de cause des responsables et coupables, après quelques opérations brassage d’air tapageuses à souhait, mais sans fondement, ni en fait, ni en droit et qui aboutiront au néant. 

Il appartient aux familles des victimes du Rio-Paris d’agir et de soutenir ceux qui agissent, afin que cesse la destruction organisée dont elles sont victimes, alors qu’elles sont dans la douleur par la perte d’un être cher ou plusieurs. Il appartient à tous ceux qui y ont un intérêt d’agir et de soutenir ceux qui agissent. Pilotes, hôtesses, steward, passagers, simples observateurs, Français écoeurés par le fonctionnement de l’institution judiciaire, tant dans les affaires en vue qu’au quotidien… 

« Voyez-vous, Robineau, dans la vie il n’y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent. »

En attendant, je garde mes distances sachant que je suis toujours sous la menace d’être à nouveau enfermé et qu’il me faut en outre assurer la pérennité de ce que j’ai publié sur le Web… afin que cela soit toujours disponible en ligne au moment du procès du Rio-Paris !

(1) Quelques rappels sur des bonnes raisons de me faire témoigner :

- La fille de Mitterrand, le nuage de Tchernobyl et toutes les affaires de ce type auxquelles la France est abonnée, on en retrouve les ingrédients avec le Rio-Paris, et c’est salé : les cachotteries sur des vérité qu’on cache.

- Si on m’avait écouté au lieu de détruire ma vie et de me faire passer pour fou, le drame du Rio-Paris et d’autres, antérieurs, ne se seraient jamais produits. Le désastre était annoncé.

- Ce désastre était même plus qu’annoncé. On peut presque parler de préméditation.

- Et tout ce qu’on trouve à partir de mon site principal !

Les commentaires sont fermés.