Airbus AF447 Rio-Paris et autres crashs : familles à bout ?

12 mai 2013 (maj 4/6/13). Que deviennent les familles de victimes d’accidents aériens ? Elles ne savent plus quoi faire pour ne plus être escroquées par des malfaisants qui sévissent au sein de l’institution judiciaire. Il en va ainsi pour tous les accidents. Ces familles ont compris que, dès les jours qui suivent un crash, tout est mis en place judiciairement pour les berner et les avoir à l’usure, avec l’aide d’associations infiltrées par des profiteurs et conseillées par des « experts » félons (il y a une ou deux exceptions, mais elles sont phagocytées et de ce fait inefficaces).

L’exemple le plus illustratif est le Rio-Paris. Des familles, de plus en plus nombreuses, comprennent que tout a été mis en place dès les premiers jours au sein de l’institution judiciaire pour les rouler dans la farine. Cela dure depuis quatre ans maintenant et elles voient bien que tout continue à être mis en oeuvre pour les détruire à petit feu pendant des années encore. Ceci est possible grâce à des juges véreux. Dans le cas du Rio-Paris : Sylvia Zimmermann et Yann Daurelle. Les magistrats sont associés à des avocats qui s’en mettent plein les poches en escroquant leurs clients. Tout cela porte un nom et relève du Code pénal (article 313-1) : escroquerie. Avec la double circonstance aggravante que cette escroquerie généralisée est commise en bande organisée et par dépositaires de l’autorité publique. Les magistrats impliqués (et d’autres, qui les protègent ?) sont complices au sens du Code pénal (article 121-7).

Il faut penser aux  familles de victimes. Elles ont perdu un être cher, ou plusieurs, ce qu’on oublie trop facilement semble-t-il. Elles sont dans la douleur. Que peuvent-elles face à cette corruption généralisée ? Cette abjection prend même de l’ampleur actuellement sous l’action de la députée Odile Saugues et de ses « amis » Asseline, Roger et quelques autres (ainsi sont-ils présentés par le journaliste aéronautique Sparaco). Sans parler de Gérard Arnoux, un autre fantoche. Que peuvent les familles de victimes face à cette pourriture généralisée qui semble parfaitement acceptée, voire encouragée, par l’exécutif actuel, jusqu’au plus haut niveau ?

Update, 17 mai 2013. Hollande a asséné hier « le mensonge déshonore la politique ». Mais le politique, l’exécutif, peut-il rester sourd et aveugle quand la justice, qui a du sang sur les mains, déraille, qu’elle continue à s’enfoncer dans des méthodes qu’il faut bien qualifier de totalitaires et qu’elle persiste à tout mettre en oeuvre pour escroquer les familles de victimes et les détruire à petit feu, au mépris de la sécurité et de la vie humaine ? Que peuvent faire les familles de victimes ?

Update, 4 juin 2013. Par la voix du ministre des Transports, Hollande et le gouvernement ont adressé un message aux familles de victimes à l’occasion du quatrième anniversaire de la catastrophe (cliquez sur l’image) :

Cliquez sur l'image

Cliquez sur l'image

 

Les commentaires sont fermés.