Aéronautique : France de Hollande = URSS de Brejnev ?

Publié le 4 juin 2013 (màj 4/8/14).

Cuvillier, 1er juin 2013, quatrième anniversaire du crash de l'Airbus AF447 Rio-Paris

Cuvillier, ministre des Transports, 1er juin 2013

Les familles de victimes de l’Airbus AF447 Rio-Paris viennent de vivre le quatrième anniversaire du drame qui les a frappées, une catastrophe qui a entraîné dans la mort deux-cent-vingt-huit personnes (31 mai au Brésil, 1er juin en France). Mes pensées vont toujours vers les victimes et familles de victimes, plus particulièrement celles avec qui je suis en relation.

Les médias brésiliens ont évoqué ce quatrième anniversaire, ce qui est normal, il s’agissait d’un vol Brésil-France. Ailleurs dans le monde il a également été évoqué, par exemple par CBS dans un sujet de huit minutes.

Cliquez pour vidéo CBS

CBS - 1er juin 2013

Et en France ? Le néant. Pas une ligne, pas un mot, ni à la télé, ni à la radio, ni dans la presse, ni sur le Web. Pas un seul mot. Qu’ont pu dire les associations de familles de victimes, Air France, Airbus, les avocats, les syndicats de pilotes, le Comité de veille pour la sécurité aérienne et son porte-parole Gérard Arnoux… ? Silence des médias. Même l’avocat Thibault de Montbrial, qui est à la pointe du combat pour la vérité, a été étouffé.

En France, cet anniversaire a été complètement passé sous silence, alors qu’il s’agit d’un avion construit à Toulouse (France), certifié par la DGAC (France), de la compagnie Air France et alors que l’enquête pénale se déroule à Paris (France).

En France, on continue à cacher grossièrement la vérité en continuant à cacher la pièce à conviction essentielle, les enregistrements des paramètres techniques (enregistreur FDR), qui ne sont même pas dans la procédure judiciaire, malgré des demandes de familles de victimes depuis deux ans. Il suffit de savoir lire pour le constater et comprendre. On cache grossièrement la vérité en tentant d’entraîner de force les familles de victimes dans des procédures interminables qui déboucheront sur le néant. Comme pour le Mont Sainte-Odile.

L’exécutif, jusqu’au plus haut niveau, est informé et on en trouve toutes les preuves sur le Web.

Montebourg et Hollande savent tout (cliquez)

Montebourg et Hollande savent tout (cliquez)

Des familles de victimes de crashs aériens, notamment le Rio-Paris, sont à bout.

Elles seront toutefois heureuses d’apprendre qu’à l’occasion du quatrième anniversaire de la disparition de l’Airbus Rio-Paris, le ministre des Transports est intervenu. Il a donc parfaitement choisi la date. Et, le plus remarquable, il est « le premier membre du gouvernement à célébrer l’évènement » !

Le Monde, 1er juin 2013

Le Monde, 1er juin 2013

Je dois avoir l’esprit tordu, mais ce message général adressé aux familles de victimes à l’occasion du quatrième anniversaire de la catastrophe semble bien être « allez crever la g… ouverte ! » Chacun jugera.

Update, 25 juin 2013. Les membres de l’exécutif actuel, jusqu’au plus haut niveau, parfaitement informés, ont-ils entendu parler de l’article 40 du Code de procédure pénale qui leur fait obligation de dénoncer au procureur, avec tous les faits dont ils ont connaissance, les crimes et délits qu’ils constatent ? Un petit rappel public à loi, à leur attention, n’est pas inutile.

Update, 27 juin 2013. Les choses sont parfaitement claires sur le comportement de Hollande et du gouvernement après ce qu’il s’est produit au cours de ces dernières quarante-huit heures à propos du crash Yemenia.

Update 2 février 2014. TOUT EN VIDEO. Avec les dernières vidéos qui présentent les documents judiciaires de l’enquête sur la disparition de l’Airbus AF447 Rio-Paris et mettent au grand jour les magouilles et mensonges sur ce crash pour tenter d’en cacher les causes et masquer les responsabilités et culpabilités.

Update 4 août 2014. Depuis peu Hollande sait tout, avec les documents utiles en main. Après le crash du vol Air Algérie au Mali, plus personne ne peut prétendre le contraire. Et la chasse à l’homme pour m’enfermer continue !

Les commentaires sont fermés.