Airbus AF447 Rio-Paris : trois mois de prison ferme !

Article Ouest France - Titre

Ouest France, édition papier, 5 octobre 2012 (cliquez pour article complet)

6 octobre 2012 [Update important, du 7 octobre, en bas de page] [Update, 28 octobre 2012 : la présente page, rédigée dans l'urgence, en deux temps, est brouillonne, on trouve les mêmes faits, exposés plus clairement, dans une nouvelle page, qui sera actualisée si nécessaire et à laquelle il convient de se reporter].

Le responsable et coupable de la catastrophe la plus meurtrière ayant frappé la France depuis des décennies a été identifié, appréhendé et condamné (mais il est quand même toujours en fuite le bougre). Trois mois de prison ferme !

D’abord, dans l’ordre de l’article, la diffamation. On croit rêver. C’est encore et toujours l’honnête homme dont le seul tort est de dire la vérité qui est pourchassé. Le dossier dans les mains du tribunal qui a prononcé cette condamnation montre en effet avec éclat que la juge Sylvia Zimmermann fait tout pour cacher la vérité et détruire les familles de victimes dans un scénario identique à celui du Ste-Odile. Ce dossier montre en outre que la juge organise la chasse à l’homme de celui que des familles de victimes veulent faire entendre comme témoin et sachant. Toutefois, cette chasse à l’homme, ce n’est pas pour l’entendre, mais c’est pour l’enfermer en psychiatrie parce qu’il en sait trop. Elle l’a en effet écrit dans un courriel : « 7 ans à passer en hôpital psychiatrique » pour « ce fou » (le lien vers les pièces du dossier est donné dans le paragraphe suivant). Ce courriel était aussi dans les mains du tribunal, comme tout le reste, c’est-à-dire tout, absolument tout, ce que j’ai publié sur le Rio-Paris, dont Zimmermann a fait plus de cent pages de tirage papier et un CD (les deux n’étant pas un doublon, mais bien une somme). Mais les juges, qui avaient tout cela dans les mains, on fait comme si cela n’existait pas. C’est énorme et ça montre bien la volonté des institutions, ou pour le moins d’une certaine mafia, de détruire les familles de victimes du Rio-Paris en essayant encore et toujours de faire disparaître celui qui les aide.

Quelques extraits du dossier dans les mains du tribunal, largement suffisants pour comprendre l’ensemble, ont été mis en ligne en juillet 2012.

Il faut bien voir que les poursuites pour diffamation visaient des écrits sur un site Internet et dans des courriels. Dans le même temps, Nicolas Bedos qui a traîné dans la boue les policiers d’un commissariat dans une émission télé à fort taux d’audience a écopé de… 2000 euros d’amende (Le Parisien). Et ce, alors que le tribunal doit prendre en compte, c’est dans le code, les revenus du condamné pour fixer le montant d’une amende ! 2000 euros, c’est un peu peanuts pour lui. Par comparaison, les trois mois fermes que je viens de prendre, c’est du délire.

L’autre volet, LA NEGATION DE LA SHOAH, c’est risible tellement c’est énorme [voir également l'update important du 7 octobre 2012 en bas de page]. Il s’agit d’un courriel dans lequel je faisais un parallèle avec les négationnistes dans un but de démonstration des mensonges sur le Rio-Paris. Et le tribunal le savait bien puisque ces précisions figuraient dans un ensemble de plusieurs courriels et que je l’ai de plus précisé dans un PV lors de ma garde à vue au cours de laquelle j’ai donné beaucoup d’explications. J’ai même indiqué que ces courriels avait été transmis à de nombreuses personnalités, dont le sénateur (à l’époque) Robert Badinter, qui n’ont rien trouvé à redire (c’est dans un des PV que le tribunal avait en main et qui est aussi en ma possession). A l’audience du 19 juillet, où je me suis présenté, j’ai dit au tribunal qu’il s’agissait d’une « affaire signalée » (c’est l’appellation officielle dans le jargon judiciaire pour dire qu’elle est suivie en haut lieu) et même d’une affaire d’Etat. Le président du tribunal « tirait une tête », il « faisait une g… longue comme ça » quand j’ai exposé tout ça, preuve qu’il en avait parfaitement conscience.

De toute façon, là encore, le quantum de la peine est délirant. Quand on voit ce que sont les peines habituelles pour négationnisme, en récidive, sur des médias de grande portée ! Il suffit de chercher un peu sur le Web. Même Faurrisson, qui a été condamné au moins quatre fois pour négationnisme exprimé dans des médias, n’a été condamné qu’à des amendes ou de la prison avec sursis. Et moi je prends trois mois fermes pour un courriel, dont le sens était évident : il avait pour but de démontrer les mensonges sur le Rio-Paris.

Plus généralement, quand on voit à quel point la justice est laxiste avec des multirécidivistes d’actes de violence, vols avec violence, etc, qui arrivent à vingt condamnations sans un jour de prison ferme, sachant en outre que leurs premiers délits ne sont même pas poursuivis devant un tribunal ! Et c’était avant que Taubira déclare que le « tout carcéral » n’est pas la solution et qu’il faut moins condamner les délinquants à de la prison ferme ! Et moi je prends trois mois fermes pour ce qui précède, c’est-à-dire un dossier vide, avec un tribunal qui m’a condamné en sachant très bien que n’importe qui d’autre aurait été relaxé (en fait, il n’aurait même pas été inquiété, même pas entendu, même pas présenté à un tribunal). Un tribunal qui savait parfaitement à quoi s’en tenir, parce que lui a été rappelée, et c’est dans un des PV établis durant ma garde à vue, la page sur les fausses licences de pilote de ligne… et tout ce qu’on trouve sur mon site Web et ailleurs sur le Web. Ah les braves magistrats ! Les mêmes, qui n’ont rien vu des crimes nazis, petits et grands, des déportations, de la Shoah…

Cette condamnation à trois mois fermes a pour origine les deux principaux acteurs des mensonges sur le Rio-Paris, qui veulent reproduire le scénario du Ste-Odile. Et qui veulent me faire enfermer. Comme pour le Ste-Odile. Ce sont les deux menteurs/faussaires en chef, Sylvia Zimmermann et Alain Jakubowicz, qui veulent me faire enfermer pour pouvoir continuer à escroquer les familles de victimes et à les détruire. Le même scénario que le Ste-Odile au millimètre près. C’est énorme.

Tout cela est soumis au ministère de la justice.

Il n’est pas inutile de rappeler que, si on m’avait écouté, le drame du Rio-Paris et d’autres, antérieurs, ne se seraient jamais produits. C’est une évidence si on reprend quelques faitsincluant une émission de télévision, ou en se reportant à une synthèse. Et, tant que j’y suis, je mets un lien direct vers les cachotteries enfantines sur le Rio-Paris. Y’en a qui z’ont pas compris ? Nooon, ce n’est pas possible !

 

Update, 7 octobre 2012. Il a fallu le temps de me faire transmettre discrètement un élément du dossier soumis au tribunal, que je n’avais pas encore mis en ligne. Dans ce dossier on trouve tout ce que Zimmermann y a mis, c’est-à-dire la copie, soit en numérique, soit en papier, de tout ce que j’ai écrit sur le Rio-Paris. Et on y trouve un document papier intéressant (j’ai ajouté le rouge). C’est le tirage papier effectué par la juge Zimmermann le 6 septembre 2011 d’un message (N°95). On lit :« Faut-il rappeler qu’en quarante la corporation la plus collabo fut la magistrature ? Tous les magistrats, à l’exception d’une poignée, ont signé allégeance, c’est-à-dire obéissance, à Pétain et, du même coup, à Hitler. Rien de nouveau sous le soleil. Sauf que ce n’est plus “Heil Hitler”, mais “Heil Airbus”. »

Et Jakubowicz, au nom de la LICRA, avec un tel document dans les mains, a osé me poursuivre pour négationnisme ! Alors que j’ai expliqué et démontré qu’il n’y a aucun négationnisme de ma part, au contraire. Et le procureur Jean-Marie Besse a osé demander trois mois fermes pour négationnisme ! Et le tribunal a osé me condamner pour négationnisme ! TROIS MOIS FERMES ! C’est digne de la pire des bananeraies.

C’est surtout dégueulasse. Alors que j’en prends plein la figure depuis vingt-quatre ans, voilà à quoi en est réduit le pays des droits de l’homme sous François Hollande, le président de la France plus juste sauf pour l’AF447, Tout cela pour protéger les responsables et coupables du drame qui a fait deux-cent-vingt-huit morts et pour continuer à cacher la vérité et détruire les familles de victimes ! La France redouble de coups et se déchaîne avec une férocité maladive pour m’enfermer et lancer dans le même temps une campagne de discrédit à vomir sur le thème du négationnisme. J’espère que les familles de victimes du Rio-Paris réagiront et qu’elles sauront se donner les moyens, tous les moyens, de mettre fin à cette campagne totalitaire… que Goebbels n’aurait pas reniée ! C’est dix fois pire que pour Roger Salengro. Et ça dure depuis vingt-quatre ans.

Update, 18 octobre 2012. Désolé pour le retard à publier les informations qui vont suivre, mais j’ai des urgences et je dois en premier lieu faire en sorte de rester libre et d’éviter qu’on m’enferme pour me faire taire parce que je dis la vérité. Il n’est pas inutile de rappeler une page sur Pierre-Henri Gourgeon. Et on me poursuit et me condamne pour négationnisme ! Qui disait « un mensonge, plus c’est gros, mieux ça passe » ? Tant que j’y suis, j’ajoute ici aussi une série de liens de sécurité vers des pages qui montrent qu’au plus haut niveau de l’Etat, on sait tout sur tout : ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici et .

Les commentaires sont fermés.