Airbus : l’avionneur qui vend du vent

29 juin 2013.

 Cliquez pour document complet

Cliquez pour document complet

Le constructeur lance une campagne de pub qui serait à hurler de rire pour deux raisons, s’il n’y avait les morts qui s’accumulent. Il suffit de regarder ce qu’il s’est produit en 1988, puis dans les années qui ont suivi, avec notamment la grève des 27 et 28 mai 1992, quatre mois après le crash du Ste-Odile, qui fut la seule grève spécifique aux pilotes d’Air France sur une période de dix ans, lancée par le syndicat majoritaire, et la seule grève au soutien d’un pilote depuis quarante ans (grève pour Georges-Henri Satgé au début 1974, mais il s’agissait d’un simple licenciement avec préavis à la seule direction d’Air France). Ah la magnifique coopération avec les pilotes ! Cela dure depuis vingt-cinq ans maintenant (ça continue, avec des magistrats proches du pouvoir actuel qui continuent à me rechercher pour m’enfermer, avec tout l’exécutif qui sait tout, ce dont on trouve toutes les preuves sur le Web).

Il faut bien voir que partout dans le monde, dans des forums professionnels et ailleurs, la conception des cockpits d’Airbus est encore et toujours un sujet majeur de polémiques. Des pilotes australiens de Qantas (vol QF72 du 7 octobre 2008, Airbus A330… à rapprocher du Rio-Paris !) ont même engagé un procès contre Airbus. Rien de tel avec les Boeing, dont la conception n’est jamais contestée par les pilotes. La seconde raison qui amène donc à rire de cette pub est que celle-ci montre, justement, qu’Airbus est plus préoccupé par la conception de ses cockpits que par l’intérêt des passagers. En effet, c’est bien gentil de la part d’Airbus de prétendre que les pilotes seraient très contents (« Airbus répond au mieux à leurs attentes »), mais… les passagers ? Qu’en ont-ils à faire que les pilotes soient contents on non ? Ah ?! Hé oui, cette pub est révélatrice du fait que la satisfaction des passagers passe après un réel problème de conception des Airbus, tellement grave qu’il nécessite une campagne de pub. A l’opposé de la réalité. Parfaitement mensongère. Il est vrai qu’Airbus n’est plus à ça près avec un ministre Mermaz trafiquant de faux enregistreurs de vol (cliquez sur l’image) :

Arnaud Montebourg sait tout sur tout

Cliquez pour explications

Commencerait-on à s’inquiéter chez EADS/Airbus ? Il est vrai que la France, dans ses choix des années quatre-vingt, a tout faux. Tout faux dans le militaire (c’est« officiel, certifié Le Drian ») et tout faux dans le civil (ça va devenir officiel dans un avenir peut-être très proche).

(et merci aux quelques magistrats qui s’acharnent encore et toujours contre moi… merci pour la pub !)

Les commentaires sont fermés.